Intra Muros

Théâtre, divertissement intelligent: le meilleur, c'est bien Michalik
De
Alexis Michalik
Mise en scène
Alexis Michalik
Avec
Jeanne Arènes, Bernard Blancan, Alice de Lencquesaing, Paul Jeanson, Fayçal Safi et le musicien Raphaël Charpentier
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

La Pépinière Théâtre
7, rue Louis le Grand
75002
Para
0142614416
Du Mardi au Vendredi à 21h ; samedi 16h - 21h

Thème

C'est l'histoire d'un cours de théâtre ou mieux, d'un cours d'art dramatique, agrémenté de réflexions sur le théâtre comme éventuelle thérapie, dans tous les sens du terme puisqu'il est délivré, en live, dans une prison. Une Centrale, réservée aux condamnés dangereux et de très longue durée. Richard, metteur en scène sur le retour, vient dispenser ses "animations" sous forme d'Ateliers ouverts à tous les pensionnaires de ce Fresnes sur planches ! Problème: seuls deux détenus, plutôt coriaces, vont répondre à l'appel.

Qu'importe ! Secondé par une très belle et excellente actrice, son ex-femme, et par une jeune assistante sociale totalement inexpérimentée, Richard va réussir à faire jouer leur propre rôle, avec quelques variantes inédites, à ces deux prisonniers attachants : Ange, criminel corse récidiviste, condamné pour crime passionnel; et Kevin, jeune chien fou, tout en muscle et en pulsions amoureuses.

Points forts

-  C'est d'abord très drôle... et émouvant à la fois. Nos deux repris de justice, qui partagent la même cellule et leur amitié,  vont nous conter, se prêtant au jeu, leurs "aventures" personnelles avec candeur ou brutalité. Ils ont parfois  des larmes dans les yeux. Faut-il en rire ou en pleurer ? Le spectateur se laisse emporter, euphorique, jusqu'au dénouement

- La justesse de la métaphore qui présente le théâtre comme un stimulant de l'imaginaire, le moyen le plus légal du monde pour accéder à la liberté

- Une très grande fluidité. De très bons enchaînement de situations. On ne reste pas une seconde enfermé "entre ces murs là". Les histoires s'imbriquent naturellement . Et rapidement. C'est du théâtre bien ficelé, un spectacle à l'état pur qui nous tient sans cesse en éveil

- De très bons acteurs. Le jeu prime sur les mots, notamment celui de Richard, le metteur en scène excité et intarissable; celui d'Alice, la petite assistante sociale émouvante et novice; et, dans un autre registre, celui d'Ange, le taiseux repris de justice, d'une présence incroyable. Tous les acteurs, jouant souvent plusieurs rôles d'ailleurs, sont excellents

- Quelques détails qui n'en sont pas et qui confèrent à cette pièce une impression de "vécu", celui de ces deux détenus, d'Ange en particulier, dont on peut craindre qu'après une double condamnation , 2 fois quatorze ans, il  n'ait aucune chance de réinsertion sociale

Quelques réserves

Je n'en vois pas, sinon aux yeux de ceux qui, méconnaissant le brio prolifique et parfois déjanté de l'auteur, s'attendraient à entendre une réflexion de fond sur la vie carcérale et l'accompagnement psychologique des détenus de longue durée. Ce n'est pas vraiment le sujet.

Un petit reproche toutefois : le démarrage un peu lent, dans une première scène, qui voit Richard prendre possession des lieux et nos cinq personnages s'installer, tourbillonnants.

Encore un mot...

Que demander de mieux ?

Une phrase

Richard :  "Non, non, le théâtre ce n'est pas une thérapie. On n'est pas là pour se juger. Le théâtre, c'est juste un jeu, le théâtre c'est de l'imagination, on va se jouer soi même, c'est déjà très compliqué... la vie c'est d'être traversé par des émotion, on est là pour trouver une émotion et quand un acteur se laisse déborder par son émotion, ça peut être très impressionnant !"

L'auteur

Auteur, metteur en scène, interprète, Alexis Michalik, le phénomène aux multiples talents de ces 4 ou 5 dernières années, a déjà été récompensé par 7 Molières, dont 5 pour "Edmond", sa troisième pièce, qui se joue encore (dont ceux de meilleur auteur francophone et de meilleure mise en scène du théâtre privé). Il a interprété avec bonheur aussi bien Roméo que le Dindon et signé des pièces délirantes comme "Une mégère à peu près apprivoisée" ou jubilatoires comme le "Porteur d'histoire". Une valeur sûre du théâtre français avec une technique très personnelle.

Commentaires

Hervè Aubin
dim 16/09/2018 - 14:11

Mais je n’ai jamais autant pleuré et ri a une pièce de théâtre!
Quelle prouesse, quel brio dans l’écriture, la mise en scène et les performances d’acteurs qui donnent tout.
Un grand merci et chapeau bas à Alexis Michalik. Un Moliére contemporain
, ça ne se croise pas toutes les décades!

Lemovice
jeu 08/08/2019 - 05:42

Quelle triste et sinistre complaisance vis à vis de la violence. Cette pièce est d'une lâcheté, d'une euphémisation de la responsabilité des condamnés, très en vogue dans un petit monde parisien, qui me paraît loin, très loin de la vraie violence. Si théâtralement cette pièce se défend, elle est pour moi, d'une écriture mièvre et très datée. Quant aux caricatures des femmes psychologues, elle ne semble gêner personne... Ps : j'ai aimé trois autres pièces de l'auteur, dont Son Roméo et Juliette. '

Dla
sam 26/03/2022 - 08:07

Super cool je sais pas pourquoi ça critique

Nathalie C
jeu 13/10/2022 - 11:57

Excellente pièce de théâtre, acteurs exceptionnels, du très grand théâtre

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Lady Agatha
De
Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba
Théâtre
C’est un métier d’homme
De
L’Oulipo : Michèle Audin, Paul Fournel, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Clémentine Mélois, Ian Monk