La Dame aux jambes d'azur

De
Eugène Labiche et Marc Michel
Mise en scène
Jean-Pierre Vincent
Avec
Gilles David, Julie Sicard et Pierre Louis-Calixte entre autres
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Studio-Théâtre de la Comédie-Française
Paris
0144589858
Jusqu'au 8 mars: du mercredi au dimanche, à 18H30

Thème

Lorsqu'une Première sur la scène d'un grand théâtre se transforme en répétition publique, évidemment truffée d'imprévus, drôles voire absurdes. Ou l'épopée d'un auteur, grandiose dans son ridicule: "depuis que j'ai écrit 149 pages en 12 jours, sans ratures, j'ai cessé de me considérer comme un imbécile"...

Points forts

1 Le  titre, "La Dame aux jambes d'azur", qui  fait rêver, et pas seulement les obsédés et les nymphomanes...

2 Jamais je n'ai vu un auteur se moquer avec autant d'auto-dérision, et dans une totale complicité avec le public, de son métier et de l'univers du théâtre.

3 Mine de rien, cette pochade confirme que Labiche est bien l'un des premiers précurseurs du théâtre de l'absurde,avec une maîtrise subjuguante dans la décomposition du raisonnement générant implacablement un effet d'absurde. Vous verrez ce qu'il peut faire avec des mots aussi simples que cheminée ou lagune.

4 Jean-Pierre Vincent est très à l'aise dans cette mise en scène. Il faut dire qu'il connaît bien la Grande Maison, pour en avoir été l'Administrateur Général de 1983 à 1986; et qu'il connaît bien Labiche, dont c'est la troisième pièce qu'il monte.
Il met tout son talent à servir avec la plus grande modestie et la plus grande simplicité un texte potache certes, mais, au fond, diablement intelligent.

5 Les acteurs de la Comédie-Française sont rarement aussi bons que lorsqu'on leur demande de s'amuser sans se prendre au sérieux. C'est un régal. Il faut voir:

              - Gilles David, pitoyable de balourdise dans le rôle de l'auteur.
              - Julie Sicard singer les palpitations.
              - Pierre-Louis Calixte danser, à faire pâlir Omar Sy...

Quelques réserves

Cela ne dure que 50 minutes -et oui, ce n'est pas fréquent aujourd'hui...-, et pourtant, par moments, ça traîne un peu. Mais c'est rare.

Encore un mot...

1 Voilà une pièce qui ne ressemble à aucune autre dans le théâtre pléthorique de Labiche, généralement consacré à une satire féroce de l'univers bourgeois et surtout petit-bourgeois.

2 Voilà une pièce qui ne ressemble à aucune autre dans le monde théâtral d'aujourd'hui, avec son mélange d'extrême modestie et d'intelligence dans la construction et la mobilisation de l'absurde comme ressort du comique.

En deux mots, donc, ce sont 50 minutes de rire pour rire...

Une phrase

Ou plutôt deux, pour vous donner le ton:

   - La Princesse, avec emphase: "Où suis-je ? Où vais-je ? Où trouver un tronc d'arbre pour reposer ma tête ?"

   - "Grassot épouse la mer ? Alors, il est le père de tous les poissons ?"

Vous voyez, il ne faut pas se prendre au sérieux...

L'auteur

En 40 ans, de 1837 à 1877, Labiche a écrit, avec très souvent un co-signataire, près de 180 pièces...

"La Dame aux jambes d'azur" a été écrite à mi-parcours, en 1857. Labiche avait déjà derrière lui "Un Chapeau de paille d'Italie" et "L'Affaire de la rue Lourcine". Viendraient plus tard, "Le Voyage de Monsieur Perrichon" et "La Station Champaudet".

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.