La mort de Néron

De
Félicien Marceau
Mise en scène
Caroline Rainette
Avec
Pascal de la Châtaigneraie
Notre recommandation
En priorité

Infos & réservation

Théâtre de Nesle
8, rue de Nesle
75006
Paris
01 46 34 61 04
ATTENTION: dernières représentations, jeudi 18 et jeudi 25 juin

Thème

En 68 après Jésus-Christ, Néron, abandonné de tous, s’enfuit de Rome et se cache dans une cave. Encerclé par les légionnaires qui sont à sa poursuite, il livre, dans une ultime « représentation », cruelle et effrayante, ses états d’âme et les démons qui le dévorent.

Points forts

1 – Pascal de la Châtaigneraie est excellent. Son jeu est à la fois physique et sensible. Acteur unique de cette pièce, il se démène au quatre coins de la scène avec talent et émotion. 2 – La beauté du texte de Félicien Marceau. 3 – Le décor extrêmement – voir totalement – dépouillé, la petitesse de la scène et la proximité de l’acteur avec le public.

Points faibles

Je n'en ai pas relevé !

En deux mots

Un texte profond et moderne, une langue fluide et belle. Une confession inquiétante où l’envie de puissance et la mort des désirs se mêlent dans une catharsis dramatique.

Une phrase

Qui seront trois: - « Vais-je vraiment mourir, moi qui ai peine à exister ? » - « Néron, le fléau des rêves, le meurtrier du désir, la terreur des songes. » - « Il ne me reste que la puissance de supprimer ma mort. »

L'auteur

Félicien Marceau (1913-2012) est un dramaturge, romancier et essayiste de langue française, né en Belgique. Après la Seconde Guerre mondiale, il obtient la nationalité française et est élu en 1975 à l’Académie française dont il est le doyen à sa mort. Félicien Marceu a écrit La mort de Néron en 1956.

Tweet

La puissance, la déchéance, les démons et la mort: Impressionnant!

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.