Le chat du rabbin

De
Joann Sfar
Adaptation théatrale de Sarah Marcuse
Avec
Xavier Loïra, Jacques Maeder, Pascal Berney et Rachel Gordy ou Mounya Boudiaf.
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre des Mathurins
36 Rue des Mathurins
75008
Paris
01 42 65 90 00

Thème

Le chat du rabbin, qui a avalé le perroquet de son maître, se met à parler et veut faire sa Bar-Mitsva. La question fondamentale : peut on apprendre la Torah à un chat, fut-il doué de parole?

Voilà une fable, un conte philosophique et humoristique qui aborde un sujet important : la liberté de remettre en question le point de vue de l’autre.

Points forts

. Un subtil mélange de judaïsme et d’Orient. Le décor aux lumières chaudes et dorées,  une musique orientale entraînante, nous sommes à Alger dans le quartier juif. Dés le départ on est plongé dans une atmosphère chaleureuse, musicale, pleine de gaité et de fantaisie où tout semble possible, même un chat qui parle.

. Une remarquable distribution; trois excellents  musiciens et quatre acteurs : le rabbin, la fille du rabbin, le rabbin du rabbin et le chat.  Celui-ci mène la danse avec drôlerie et impertinence. Il est merveilleusement interprété, avec une souplesse tout à fait  féline et des mimiques criantes de vérité.

. Une mise en scène qui restitue la fraîcheur du texte, tout en le transformant en un  conte musical traitant avec originalité et facétie, grâce au brio des interprètes, de nos questionnements sur les dogmatismes et les problèmes métaphysiques !

. Trois musiciens polyvalents, tels des saltimbanques, soulignent, rythment et illustrent  parfaitement le déroulement de cette fable avec des sonorités chaudes, entraînantes ou nostalgiques.

. L’histoire, fidèle à la BD,  est menée avec délicatesse, par petites touches, et défend, avec beaucoup de tact, de sensibilité et d’humour,  la liberté d’être et de penser.  Amusante et instructive leçon de tolérance, de générosité et de bienveillance, tout pouvant être remis en question.

Quelques réserves

Je n’en n’ai  pas trouvé. 
Si  : il ne manquerait que le parfum, les odeurs  de l’Orient !

Encore un mot...

Dans le contexte actuel, cette savoureuse fable, en demi-teinte, toute en subtilité et humour, qui agit à plusieurs niveaux et avec beaucoup d’intelligence  et de finesse, arrive à point nommé. Quand des choses très graves sont aussi joliment dites...

Une phrase

« Ca fait tellement longtemps que les juifs se font mordre, courir après ou aboyer dessus, que finalement ils préfèrent les chats »...

L'auteur


C'est Joann Sfar l'auteur de la BD dont Sarah Marcuse a réalisé cette   adaptation poétique et musicale pour le théâtre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
LOVE SONGE THERAPIE
De
D’après l’œuvre de William Shakespeare, adaptée du Songe d’une nuit d’été par Ned Grujic et Raphaël Sanchez