Le Montespan

Nous republions cette chronique à l'occasion de la reprise de la pièce et du décès de Jean Teulé. Une lutte sans merci entre le Roi-Soleil et le plus illustre cocu de France !
De
Jean Teulé
Adaptation : Salomé Villiers
Durée 1 heure 40
Mise en scène
Etienne Launay
Avec
Salomé Villiers, Michaël Hirsch et Simon Larvaron
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de la Huchette
25 rue de la Huchette
75005
Paris
Paris Tél. : 01 43 26 38
Du 27 janvier au 23 avril 2022, du mercredi au vendredi à 21 heures, le samedi à 16 heures et 21 heures

Thème

• En l'an de grâce 1663, Louis-Henri et Françoise s'aimaient d'amour fou mais croulaient sous les dettes. N'ayant aucune fortune personnelle, le marquis part à la guerre, et envoie en toute innocence sa jeune et ravissante épouse à la cour de Versailles où un statut de dame d'honneur garnira son escarcelle de subsides royaux. Las ! Fatale erreur ! Le roi tombe amoureux de la belle et en fait sa favorite. 

• Ulcéré d'être cocufié de la sorte, le marquis refusera le moindre écu de la part du souverain, lui préférant une honnête ruine, ira jusqu'à peindre son carrosse en noir et l'affubler d'immenses ramures de cerf qui ne passent même pas sous le porche de son château ! Le mari ainsi bafoué essaiera par tous ses moyens, certes fort limités, de récupérer sa dulcinée.

Points forts

• Les trois comédiens sont remarquables, qui  se sont appropriés leurs rôles de façon épatante et  passent d'une composition à l'autre avec grande aisance, de sorte que c'est  un régal de les voir jouer.

• Le texte du roman de Jean Teulé est retranscrit scrupuleusement et nous offre des dialogues savoureux, pleins d'humour, avec toujours ce sens du détail de la vérité historique cher à l'auteur.

• La cour de Versailles en prend pour son grade, avec sa cohorte de courtisans avides et hypocrites, joyeusement piétinée par un marquis courroucé, devenu malgré lui « un sujet à chansons » dans Paris.

• Autre idée originale : les obsèques d'un amour. Le marquis célèbre la mort de son amour devant un cercueil vide, tout seul, sur fond de clavecin...

• La mise en scène offre une réalisation esthétique avec ses toiles légères suspendues et peintes représentant les différents décors. Tout en étant minimaliste, elle reste expressive : un carton suspendu représentant une perruque pour le propriétaire barbier des Montespan, un lustre pour un salon, un réverbère pour le chemin pavé...

Quelques réserves

Aucune, tant la prestation est de bon aloi.

Encore un mot...

• On attendait au tournant la pièce avec, notamment, la représentation du carrosse. Et l'ensemble est de qualité, empreint d'une sorte de magie étonnante malgré la brusquerie des propos. Comme le note le metteur en scène, ici, c'est « la petite histoire dans la grande ». 

• L'aspect historique est fidèlement respecté, avec ce pauvre marquis envoyé en exil sur ses terres par un roi lassé de ses excentricités revanchardes. Narguer l'autorité du « roi-soleil » à ce point n'est pas une mince affaire, et même Molière en tire un sujet de pièce pour sa troupe. Ce spectacle est extrêmement vivant et rend honneur aux jolis textes enlevés et autres belles expressions d'autrefois.

L'auteur

• Jean Teulé (né en 1953 à Saint-Lô) s'est lancé tout d'abord dans la BD. Entré en 1978 à L'Écho des Savanes, il obtiendra en 1990 le prix de Contribution exceptionnelle au renouvellement de la bande dessinée. Puis, il change de braquet et se lance dans les émissions de télévision, dont L'Assiette anglaise avec Bernard Rapp et Nulle part ailleurs sur Canal Plus. 

• En 1990, Teulé décide de se consacrer uniquement à l'écriture. S'ensuivront une douzaine d'ouvrages, dont François Villon (2006), Le magasin des suicides (2007), Le Montespan (2008), Charly 9 (2011), Fleur de Tonnerre (2013) et Crénom, Baudelaire ! En 2020.

Commentaires

Perrier
jeu 13/10/2022 - 23:48

C est Guignol au XVII siècle...donc j ai trouvé le spectacle assez affligeant et la critique étonnamment complaisante.
Le roman ne m avait pas enthousiasmé mais je pensais possible d'en tirer une pièce intéressante.

Sissy
dim 16/10/2022 - 18:02

D’un ennui profond, je n’ai pu résister à un petit somme dú a la mise en scène banale, à un rythme décousu, des dialogues outrés, des costumes pitoyables .
Les comédiens font ce qu’ils peuvent pour éviter le naufrage.
A ne pas aller voir de toute urgence!

Francois
ven 04/11/2022 - 21:50

Diantre….que de commentaires surprenants, a croire que n'avons pas du voir la même piece.
On a certes connu plus grande grandiloquence pour les costumes et le decor mais ce minimalisme sert la piece et la brillante prestation des 3 comédiens.
Ce fut un vrai plaisir, une belle surprise, et l'ovation reçue par les comediens n'etait nullement imméritée.
Ce sont les critiques, quasiment unanimes, qui m ont convaincu de voir la piece, aussi me permet je de temoigner qu'elles n étaient nullement complaisantes.

Louis
ven 11/11/2022 - 01:12

C'était sûrement très bien au théâtre de la Huchette, mais il est toujours difficile de passer du café-théâtre à une grande salle. Malgré le talent des acteurs , on reste sur sa faim.

Antoine
dim 27/11/2022 - 14:39

Bof, bof et rebond !!!!
Quel ennui !!!!
Le lobby des critiques a bien fonctionné mais la réalité est tout autre. Décors nuls et on a vu beaucoup mieux pour la mise en scène.
Ce magnifique théâtre mérite mieux.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Lady Agatha
De
Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba
Théâtre
C’est un métier d’homme
De
L’Oulipo : Michèle Audin, Paul Fournel, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Clémentine Mélois, Ian Monk