Le neveu de Rameau

Plaisirs de l'oeil et de l'esprit
De
Diderot
Adaptation: Nicolas Vaude, Nicolas Marié et Olivier Baumont
Mise en scène
Jean-Pierre Rumeau
Avec
Gabriel Doze ("moi") et Nicolas Vaude ("lui")
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
0145445734
Jusqu'au au 3 janvier: du mardi au samedi, à 20h; et dimanche, à 17h.

Thème

Le Neveu de Rameau est le récit d’une discussion, au hasard d’une rencontre au café de la Régence, à Paris, entre un philosophe (« moi »), narrateur, et un drôle d’hurluberlu (« lui »), personnage déconcertant, neveu du célèbre musicien Jean-Philippe Rameau. Musicien raté lui-même, Jean-François Rameau est aigri de n’être qu'un artiste médiocre, un crève-la-faim qui ne survit qu’en étant reçu chez les bonnes familles, y jouant les amuseurs publics iconoclastes. Le philosophe essaie de comprendre cet être à part. Il le découvre, et le spectateur avec, lucide sur lui-même et ceux qui l’entourent, mais amoral, cynique assumé et enjoué. 

Points forts

1.     Interprétation et présence impressionnantes sur scène des deux comédiens, Nicolas Vaude  (le neveu) et Gabriel Doze (le philosophe), qui font vivre le texte tout en justesse. Nicolas Vaude est même virtuose, facétieux et d’une expressivité fascinante. Il « incarne » le texte autant qu’il le dit. 

2.     Il faut au moins cela pour un personnage si haut en couleur que ce Neveu de Rameau.

3.     La mise en scène, avec ses variations de rythme et les déplacements des comédiens entre la salle et la scène, soutient l’attention d’un public suspendu.

Quelques réserves

La discussion est parfois difficile à suivre et à comprendre, malgré tout. Il faut être concentré ou déjà connaître la pièce et son contexte historique pour la saisir complètement.

Encore un mot...

La pièce s’apprécie à plusieurs niveaux : plaisir simple d’observer les singeries du personnage central, le Neveu (Nicolas Vaude), curiosité face à sa personnalité troublante, et intérêt, enfin, du débat d’idées philosophiques et morales. 

L'auteur

Denis Diderot (1713-1784)  s’est essayé à beaucoup de genres littéraires, œuvres philosophiques, romans, théâtre, critiques d’arts... Son essai Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient (1749) lui valut d’être emprisonné trois mois à Vincennes. Il y remettait en question l’existence d’une morale universelle. Dans plusieurs de ses œuvres, comme Le Rêve de D’Alembert ou Le Neveu de Rameau,roman écrit entre 1762 et 1774, c’est à travers le dialogue et le débat entre deux personnages que Diderot cherchera encore à inciter à la réflexion sur des idées opposées, concernant notamment la morale. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
FOLIE
De
Jean-Michel Ribes et Roland Topor