Le Roi Lear

Le triomphe de la démesure, le monde de la folie
De
William Shakespeare
Traduit de l’anglais par Daniel Loayza
Durée : 3h20 avec un entracte de 20 mn
Mise en scène
Georges Lavaudant
Avec
Jacques Weber (le Roi Lear), Astrid Bas (Gonéril), Bénédicte Guilbert (Cordelia), Grace Seri (Regane), François Marthouret (Gloucester), Manuel Le Lièvre (le fou, le vieillard, le médecin)…
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre de la Ville hors les murs au théâtre de la Porte-Saint-Martin
18 boulevard Saint-Martin
75010
Paris
01 42 08 00 32
Du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 15h Jusqu’au 28 novembre 2021 et en tournée en 2022

Thème

• Il est complexe : Le roi Lear traite à la fois de la folie qui anime les hommes et les femmes quand ils s’approchent du pouvoir, mais aussi de drames familiaux et du chaos du monde.

• Le vieux roi Lear, se sentant faiblir, veut partager son royaume de l’île de Bretagne entre ses trois filles. Il leur demande de lui dire comment elles l’aiment. Deux d’entre elles, Gonéril et Régane, n’hésitent pas à le flatter effrontément, tandis que Cordelia, la préférée et la plus honnête, n’exprime qu’un amour mesuré. Le drame s’enclenche : le vieux roi chasse sa fille Cordelia du royaume d’Angleterre et la donne sans dot au roi de France. Une seconde intrigue se noue, dans un schéma bien éloigné de celui du théâtre classique français : Gloucester a deux fils, Edmond et Edgar, l’un est un bâtard et l’autre est légitime. Ils ne cessent de mentir et de trahir jusqu’à la fin tragique, même si le légitime est finalement le plus honnête…

• Les deux filles deviennent de plus en plus cruelles et n’hésitent pas à laisser leur père dans un errance atroce où il sombre dans la folie, entouré de son fidèle Gloucester, de Kent déguisé et du bouffon. 

• Il est difficile de décrire dans le détail ce drame foisonnant, mais la dureté de la nature humaine et le fragile équilibre entre raison et folie sont en permanence au bord de la rupture, pour finir dans le drame absolu. Gloucester meurt après avoir connu un certain apaisement, les deux méchantes filles se tuent, Cordélia est assassinée dans sa cellule : ce n’est pas un suicide. Le vieux roi meurt sous le poids des chagrins. Après un deuil général, le royaume sera administré par Kent et Edgar ...

Points forts

  1. Le texte est remarquable, et il est remarquablement mis en valeur par les deux personnages-clés, le roi Lear et le metteur en scène.
  2. Jacques Weber fait ressortir toute la complexité de son personnage, sa faiblesse et sa folie, son amour pour ses filles et sa naïveté face aux personnages troubles qui l’entourent. Il est crédible et on souffre avec lui. C’est un Père Goriot de la démesure.
  3. Les autres personnages sont extraordinaires dans leur caractère étrange et souvent effrayant : la sincérité de Cordelia frappe à côté de la cruauté de ses sœurs ; Edmond et Edgar sont comme deux faces d’un miroir. François Marthouret campe un Gloucester écartelé entre lucidité et fidélité au Roi. Kent pousse loin les limites du crédible : on oscille entre la farce et la philosophie. Quant au fou, il joue le rôle traditionnel du bouffon qui serait presque le représentant du bon sens.
  4. On est loin de l’unité d’action du siècle classique français : l’unité d’action, la bienséance et le mélange des genres sont rois chez Shakespeare. Cette exubérance est en harmonie avec le chaos du royaume et le déchainement de personnages.
  5. Le décor est simple, il change à chaque acte, mais il fait un contraste avec la complexité de l‘action et des personnages. Le déchainement de l’orage est en accord avec la dérive du Roi et de son entourage immédiat, ceux qui l’ont accompagné dans son errance.

Quelques réserves

Ce ne sont pas des réserves mais des remarques : la pièce semble à certains moments difficile à suivre, en raison du nombre de personnages et de leur complexité. Le metteur en scène fait beaucoup pour éclairer ce drame de la folie.

Encore un mot...

La pièce est extraordinaire, elle déroute le spectateur au premier abord, mais elle l’enchante au sens étymologique du terme : il perd ses repères et sa raison, il est ébloui en même temps qu’horrifié.

Une phrase

Il est bien difficile de retenir une phrase dans cet océan de mots, mais une m’a particulièrement frappée : 
« Le malheur est assuré quand les fous guident les aveugles. »

L'auteur

• William Shakespeare  (né en 1564 - et mort en 1616 à Stratford on Avon) est l’un des très grands poètes et dramaturges de la langue anglaise. Il est aussi acteur dans ses pièces.

• Il est l’auteur de 39 pièces, 154 sonnets. Ses principales oeuvres ont pour nom Romeo et Juliette, Hamlet, Macbeth, Othello, le Songe d’une Nuit d’été et, bien sûr Le roi Lear

Le Roi Lear est une tragédie en 5 actes, écrite entre 1603 et 1606, et jouée le 26 décembre 1606 au palais de Whitehall de Londres en présence du roi Jacques Ier d’Angleterre.

Commentaires

KRATZ Nathalie
lun 29/11/2021 - 09:47

Merci à tous ces acteurs merveilleux. Nous avons passé une excellente soirée en votre compagnie.
Merciiiiiiii

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.