Les crapauds fous

Jusqu'où va l'inventivité de deux hommes pour sauver des milliers de vie
De
Mélodie Mourey
Mise en scène
Mélodie Mourey
Avec
en alternance : Benjamin Arba ou Blaise Le Boulanger, Merryl Beaudonnet ou Valentine Revel-Mouroz, Charlotte Bigeard ou Claire-Lise Lecerf, Constance Carrelet ou Tadrina Hocking, Hélie Chomiac, Gaël Cottat ou Rémi Couturier, Charlie Fargialla ou Pau
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de la Renaissance
20 Boulevard Saint Martin
75015
Paris
01 42 08 18 50
Du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020. Les vendredis, samedis, dimanches, à 19 heures. Pendant les vacances : du mardi au dimanche à 19 heures

Thème

Nous sommes en 1940. Deux médecins polonais voient avec terreur les allemands progresser, envahir la Pologne avec leur volonté d'exterminer tous les juifs. Les deux généralistes vont mettre au point un stratagème médical qui va éloigner radicalement l'occupant de leur village et de ses habitants et en outre, éviter les déportations. Cinquante ans plus tard, la petite-fille de l'un des médecins vient rendre visite au second, à New-York, et lui demande de lui raconter l'épopée. 

Points forts

- la supercherie est inouïe : inoculer à ces hommes menacés le virus du typhus en les vaccinant et leur faire immédiatement un test de dépistage. Le vaccin les rend momentanément positif au test. Les résultats communiqués aux allemands dissuadent ceux-ci de toute présence auprès de ces pestiférés - chacun sait que le typhus est éminemment contagieux - et également de tout envoi en camp d'extermination

- l'ingéniosité de ces deux trentenaires est sans limites. Ils font face à tout, débordant d'imagination et ont une réponse à chaque problème surgissant à tous les coins de rue

- le sujet pourtant bien grave est traité avec une fausse légèreté et une grande dose d'humour ; on rit beaucoup au cours de cette représentation

- les comédiens (9 au total) sont multi-casquettes et endossent avec une belle aisance leurs différents rôles. Les dialogues font mouche, il n'y a aucun temps mort

- la parodie d'Adolf Hitler est désopilante, on vit là un grand moment...

- la mise en scène est remarquable. Cette idée de cubes mobiles sur roulettes et imagés que les acteurs font pivoter sur la scène avec rapidité est épatante : on passe en deux secondes d'un cabinet de médecin tristounet pendant la guerre à un décor de bar américain dans les années 90 avec orchestre, c'est vivant, virevoltant et très gai.

Quelques réserves

J'ai beau chercher, je n'en vois pas.

Encore un mot...

La légende raconte que tous les ans, les crapauds partent migrer vers le sud. Seuls quelques irréductibles refusent de s'aligner. On les appelle les crapauds fous, expression qui devient synonyme de résistance, de refus de la chose imposée.

Ces deux médecins en sont l'exemple. Ils sont prêts à tout pour sauver les leurs. Le narrateur, le passeur d'histoire, est un de ces deux praticiens et il raconte ses souvenirs, pas toujours exactement conformes à la réalité. Il est étonnant de constater combien deux caractères aussi opposés peuvent s'allier devant l'adversité. L'un est fonceur et quasi téméraire, l'autre est limite timoré et hésitant mais ils sont soudés par une amitié d'enfance et ils agissent. C'est un spectacle touchant, drôle et historique : n'oublions pas que nous partons d'une histoire vraie !

L'auteur

Mélodie Mourey est une journaliste passée par Sciences-Po Aix, également diplômée en psychologie. Elle a suivi un cursus d'art dramatique au Conservatoire de Toulon. Sa pièce "Les crapauds fous" est sa première production. Elle est à la fois auteur et metteur en scène.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.