LES GARCONS ET GUILLAUME, A TABLE !

L’envol de l’innocence
De
Guillaume Gallienne
Durée : 1h10
Mise en scène
Peggy Dutti
Avec
Maxence Marchand
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre du Marais
Théâtre du Marais 37, rue Volta
75003
Paris
01 71 73 97 83
Tous les dimanches à 17H30, jusqu’au 02 janvier 2022. Tous les mercredis à 21 à partir du 12 janvier 2022

Thème

• Guillaume égrène ses souvenirs d’enfance, balloté entre ses sentiments et sous le regard d’une mère aux idées paradoxales. 

•  Intimité, féminité, masculinité, tout se bouscule dans sa tête et dans son corps. Une quête d’identité et un sérieux coup de griffe à une société clivante au possible.

Points forts

•  Ce qui enchante en tout premier lieu, c’est la personnalité, la grâce et l’innocence de Maxence Marchand, le tout dans une sincérité bouleversante. Un regard bleu perçant installe une complicité immédiate avec son auditoire. Lumineux, sincère, son jeu sans affèterie le singularise de son créateur par une candeur rayonnante. Un jeu équilibré, spontané, généreux et joyeux, et nous sommes touchés par ce vilain petit canard d’aujourd’hui se métamorphosant en un grand cygne pour demain.

. L’ironie et la causticité du texte

Quelques réserves

Pas à ma connaissance...

Encore un mot...

• Comme une boule de flipper cahotée à la paroi familiale, aux regards moqueurs de l’entourage, le jeune garçon trouve toujours à rebondir dans un positivisme confiant. Lui ne se pose pas de questions, il sait qui il est, ce sont ces « autres » qui ne le voient pas. Dans l’ombre d’une mère iconique, la chenille va lentement se découvrir et se muer en papillon. 

• À l’heure où la question du genre interpelle les jeunes générations, déboussole, voire perturbe des parents en mal de compréhension, ce spectacle est un baume à l’âme pour ces cœurs en quête, un joli petit hymne au respect de soi et un rappel discret à la tolérance.

• Alors juste avant d’aller diner, passez donc à table avec « ce » Guillaume-là !

Une phrase

Par exemple :
 « Ce que j’ai voulu raconter, c’est l’histoire d’un garçon qui, sous prétexte qu’il est né au moment où les tabous sexuels sont tombés, s’est vu étiqueter d’une sexualité avant qu’il puisse lui-même la découvrir. »

Ou encore :
« Quand je veux danser la sévillane je veux danser avec un garçon, pas avec une fille. »

Mais aussi : 
« En fait, la plus grande différence des femmes, c'est leur souffle. (...) Il est relié à chacune de leurs émotions. Ainsi je les ai tous appris, tous ces souffles, toutes ces respirations qui faisaient battre mon cœur à l'unisson avec les femmes. »

Sans oublier : 
«  Je me suis rendu compte que je faisais tout par peur, surtout par peur de décevoir ma mère d'ailleurs. »

Et pour finir : 
« En fait je crois qu'elle n'a aucun défaut ma mère, sauf celui d'être de très mauvaise humeur depuis 25 ans. En fait depuis ma naissance. Mais alors cela voudrait dire qu'elle est de mauvaise humeur à cause de moi ? » 

L'auteur

• 513ème sociétaire de la Comédie Française, Guillaume Gallienne est un comédien accompli au théâtre. Metteur en scène, chroniqueur à la radio, animateur à la télévision, il est révélé au grand public en portant au cinéma l’adaptation de ce spectacle.

• Son humour, sa causticité et son amour des grands textes l’identifient parfaitement aux yeux du public.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.