L’Idiot

Un Arnaud Denis remarquable, mais une adaptation ratée
De
Fiodor Dostoïevski
Mise en scène
Thomas Le Douarec
Avec
Arnaud Denis, Thomas Le Douarec ou Gilles Nicoleau, Bruno Paviot, Daniel-Jean Colloredo, Fabrice Scott, Marie Lenoir, Marie Oppert, Solenn Mariani et Caroline Devismes.
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Théâtre 14
20 avenue Marc Sangnier
75014
Paris
0145454977
Jusqu'au 30 juin: lundi à 19h - du mardi au vendredi à 21h - samedi à 16h

Thème

Une adaptation du roman monumental de Dostoïevski, l’Idiot : ce roman narre l’itinéraire tourmenté du Prince Mychkine, élevé en Suisse en raison d’une maladie qui l’a longtemps tenu éloigné du grand monde pétersbourgeois. A son retour en Russie, au moment où commence l’œuvre, il découvre les vicissitudes de la bonne société, les manipulations, les passions qui corrompent le cœur humain, tandis que sa franchise et sa candeur lui valent partout la réputation d’idiot. Incarnation de la bonté, il est rapidement pris au piège de la belle mais maléfique Anastasia Philipovna.

Points forts

Le jeu d’Arnaud Denis, qui incarne le prince Mychkine, est profond (bien qu'un peu uniforme) et reposant pour le spectateur, au milieu du tourbillon bruyant que devient peu à peu ce spectacle.

Quelques réserves

1/ Dans cette adaptation, le monument de Dostoïevski ne passe pas la rampe. Le spectateur assiste à plus de 2h20 de spectacle sans entracte, un véritable défi lancé à la scène mais manqué, car le rythme varie peu et finit par lasser. Dans un premier temps, c’est l’exposition des multiples détails et personnages qui est orchestrée à toute vitesse, sans doute pour ne pas encore allonger l’ensemble. Ce tempo effréné, assez inconfortable, ne souffre aucun ralenti par la suite, contrevenant ainsi à la profondeur du texte : les réflexions décalées du prince Mychkine auraient besoin de pauses pour être appréciées sans ironie. Le sens même de ce personnage (qui est de prendre la parole à contre courant) ne peut être pleinement apprécié. On décroche.

2/ De manière générale, le caractère narratif de l’œuvre a été transposé tel quel à la scène : on obtient donc une succession de moments qui épousent la conduite du roman. Seul problème, cela n’a rien de particulièrement théâtral.

3/ Le jeu des acteurs est souvent trop caricatural : les personnages virent au comique, tant du côté féminin que du côté masculin, quand la confrontation et les conflits qui les opposent en seconde partie ne poussent pas les comédiens à s’invectiver bruyamment, au contraire. Il en résulte alors un niveau sonore rapidement monotone et difficilement soutenable de bout en bout.

Encore un mot...

Une adaptation en forme de défi lancé à la scène mais qui manque son but et s’éternise.

Une phrase

« J’ai peur pour vous, pour vous tous, pour nous tous ensemble ... je parle, moi, pour nous sauver tous, pour que toute notre classe ne disparaisse pas pour rien, dans les ténèbres, sans avoir rien compris, en se querellant pour tout, en ayant tout perdu. Pourquoi disparaître et laisser la place aux autres, quand nous pouvons rester à l’avant-garde et en tête ? Si nous sommes l’avant-garde, nous serons en tête ! Devenons des serviteurs, pour être des chefs ! » - Mychkine

L'auteur

L’Idiot de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) paraît en 1868, à la suite d'un séjour de Dostoïevski en Suisse, avec sa seconde femme juste après leur mariage : il succède à Crime et châtiment paru deux ans plus tôt, qui avait remporté un grand succès. On y retrouve, comme souvent, des éléments autobiographiques : le prince Mychkine se comprend dans une certaine mesure comme un double de Dostoïevski et se fait l’écho de ses réflexions  sur la mort et la bonté.

Commentaires

Sylvie Andru
mer 28/04/2021 - 18:31

Il y aurait tant à dire sur ce roman époustouflant alors je me contenterais de cette phrase :
Une humanité plus fantastique que celle qui peuple La Ronde de nuit de Rembrandt « 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
LOVE SONGE THERAPIE
De
D’après l’œuvre de William Shakespeare, adaptée du Songe d’une nuit d’été par Ned Grujic et Raphaël Sanchez