L’incroyable épopée de François 1er

Une épopée burlesque et épique !
De
Rémi Mazuel et Alain Péron
Durée : 1 heure 20
Mise en scène
Rémi Mazuel et Alain Péron
Avec
Anaïs Alric, Fanette Jouniaux- Maerten, Rémi Mazuel et Alain Péron (ou Corentin Calmé)
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre de la Contrescarpe
5 rue Blainville
75005
Paris
01 42 01 81 88
Du 6 novembre au 23 décembre 2023. Lundi et mardi à 19 heures Samedi à 17 heures. Dimanche à 16 heures 30

Thème

  • Les auteurs ont pris le pari de raconter la vie foisonnante de François 1er en 1 heure 20 minutes,  ainsi que les actions essentielles de son existence. Pari tenu.

Points forts

  • Sur le plan historique, tout est vrai dans ce raccourci : les faits rapportés, le camp « du Drap d’or », Pavie, la guerre incessante avec Charles Quint, sont rigoureusement exacts. 
  • Les dialogues sont percutants : les tractations de paix avec Charles Quint (qui veut avant tout qu’on lui rende la Bourgogne) valent leur pesant d’écus. Et certaines expressions crues nous font sursauter, mais c’est ainsi qu’on s’exprimait à l’époque.
  • Les personnages sont truculents, notamment celui de Jacques Cartier, qui possède à fond l’art du récit… surtout quand il a besoin de remplir ses caisses pour reprendre la mer.
  • Cette pièce a l’avantage de nous remettre en mémoire ce que nous a légué François 1er : il a imposé la langue française dans toutes les régions, construit des châteaux dont Chambord et son escalier à double hélice inventé par Léonard de Vinci, l’art de vivre et le goût du bon vin. A côté de cela, il n’hésite pas à échanger ses deux fils contre sa propre liberté. Il aurait la morale quelque peu élastique…
  • Les comédiens sont tous excellents, bien rodés, et jouent avec un très grand naturel.
  • La mise en scène est inventive, esthétique, avec un clin d’oeil bienvenu à la bande dessinée.

Quelques réserves

  • Le « résolument  moderne » qui consiste pour le roi à entraîner la salle à scander avec lui « François ! François ! » en tapant dans ses mains et à crier « c’est notre roi » en levant les bras au plafond relève d’une bouffonnerie pas forcément utile. 
  • Cela dit, le public était composé aux trois quarts de jeunes qui étaient ravis, et chantaient sans se faire prier.

Encore un mot...

  • On passe vraiment de bons moments à se remémorer l’histoire de façon plaisante et légère. • Les auteurs ont beaucoup d’humour et les interprètes suivent avec une belle vigueur. Cette comédie est une réussite et on rit de bon cœur.

Une phrase

  • Discussion entre Charles Quint et François Premier 
    Charles Quint : « Tout nous oppose et nous opposera toujours.
    rançois 1er :  L’histoire nous a placés face à face, elle ne nous oblige pas à nous détruire. La France est la patrie de l’art de vivre, que votre Empire réclame…  Nos destins sont liés, nous pouvons prospérer de concert, Charles, à condition qu’il y ait la paix. »
    […] 
    Charles Quint : « Vous ne voulez pas me rendre la Bourgogne ? 
    François 1er :  Charles, que restera-t-il de nos querelles ? Je ne suis un exemple ni de vertu ni de sagesse, mais j’ai compris une chose : tout ce qui n’est pas donné est perdu, et il est plus tard que vous ne croyez. Bonsoir, Charles. »

L'auteur

Alain Péron et Rémi Mazuel ont eu une carrière de comédiens bien remplie avant de passer à la réalisation. 

• Alain Péron, formé au cours Simon,  a joué dans La Cerisaie de Tchekhov (2015), L’idiote de Marcel Achard (2014-2015), Le veau d’Or d’Aurélien Boyer (2018-2019) et Toi et tes nuages d’Eric Westphal (2021). 

• Son compère Rémi Mazuel, élève du cours Cohet-Delavène, a commencé très tôt à écrire, et joua dans Le veau d’Or et L’épopée du buveur d’eau de John Irving.

Commentaires

Foret
dim 10/12/2023 - 12:31

A voir absolument. Pièce épatante non seulement grâce au texte drôle, historique et en même temps actuel mais aussi grâce aux acteurs formidables.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
WELFARE
De
Julie Deliquet – D’après le film documentaire (1973) de Frederick Wiseman