Ruy Blas

Hugo magistralement servi, dans toute sa démesure romantique
De
Victor Hugo
Mise en scène
Vincent Caire
Avec
Damien Coden, Karine Tabet, Franck Cadoux, Gaël Colin ou Vincent Caire, Cédric Miele, Alexandre Tourneur ou Gaël Colin, Aurélie Babled
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre du Ranelagh
5 rue des Vignes
01 42 88 64 44
Jusqu'au 20 avril: mercredi au samedi à 20h45 et dimanche à 17h

Thème

« Ruy Blas », drame romantique créé en 1838, a pour cadre la cour d’Espagne au XVIIème siècle, et met en scène la vengeance de Don Salluste, Grand d’Espagne disgracié par la Reine. Il veut entrainer son cousin Don César dans une machination diabolique, mais celui-ci, bien qu’aventurier sans scrupules, refuse de participer à une vengeance contre une femme. Don Salluste décide alors de s’appuyer sur Ruy Blas, valet amoureux de la Reine. il le fait passer pour son cousin Don César, le fait s’élever jusqu’au rang de Premier ministre, et par un plan machiavélique, conduit la Reine et Ruy Blas à leur perte: après de multiples péripéties, Ruy Blas tue Don Salluste avant de s’empoisonner et de mourir dans les bras de la Reine.

Points forts

1) Le jeu des acteurs est remarquable; Ils rendent crédible ce drame romantique; le spectateur souffre avec eux; Ruy Blas transmet les affres de son amour et de son malheur, et Don césar parvient à rendre la complexité de cet homme revenu de tout, qui prend la vie en riant, mais garde un sens de l’honneur.

2) Le mélange des genres apparaît dans ses dimensions comiques et tragiques: la duègne souligne le côté ridicule de l’étiquette, la Reine fait ressortir sa douleur et son enfermement, on souffre avec Ruy Blas.

3) l’atmosphère lourde est bien rendue: on sent la catastrophe arriver, on la redoute, et elle arrive. Le spectateur est tenu en haleine.

4) Ce peut être un détail, mais les acteurs ont le mérite de jouer cette longue pièce en vers en deux heures, ce qui évite de lasser les spectateurs, jeunes et moins jeunes.

Quelques réserves

Je vois bien peu de points faibles dans cette belle pièce. Peut-être le décor est-il un peu simple ou même caricatural: à chaque changement d’acte, le fauteuil-trône est remplacé par le décor d’un salon, lui-même remplacé par un fauteuil-trône, et ainsi de suite. Mais c’est aussi un choix de simplicité ou une volonté de marquer le côté éphémère des situations.

Encore un mot...

C’est une plongée saisissante dans le sombre monde de la cour, des complots, de l’amour, où les innocents sont détruits dans le cataclysme final.

Une phrase

Dernières paroles de la Reine et de Ruy Blas:
- « Qu’avez-vous fait? Réponds-moi! Parle-moi!
César, je te pardonne et je t’aime, et je te crois.
- Je m’appelle Ruy Blas
- Ruy Blas, je vous pardonne!
Mais qu’avez-vous fait là? Parle, je te l’ordonne!
Ce n’est pas du poison, cette affreuse liqueur,
Dis?
- Si c’est du poison. Mais j’ai la joie au coeur."

L'auteur

Victor Hugo (1802-1885) est l’un des plus grands écrivains français. En dehors de son activité politique, son oeuvre est très variée. Il a écrit des recueils de poésie (Les Rayons et les Ombres, les Contemplations, les Châtiments…), des romans (Les Misérables, Notre Dame de Paris…), des pièces de théâtre (Hernani, Ruy Blas…). Il est non seulement l’auteur de drames romantiques, comme Ruy Blas, mais il en est aussi le théoricien. Il en donne les principes dans la Préface de Cromwell: suppression de la règle des trois unités, de temps, de lieu et d’action, introduction du mélange des genres et abandon de la bienséance, ce qui autorise les morts en scène.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.