Suzanne, Une femme remarquable

De
Laurence Février
Mise en scène
Laurence Février
Avec
Laurence Février
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Le Lucernaire
53, rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
01 45 44 57 34
Jusqu’au 5 juillet: Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h
Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

C’est une sorte de documentaire réalisé par Laurence Février à partir d’un long entretien avec Francine Demichel, juriste, professeur puis Présidente de L’Université Paris 8, qui est rentrée au Cabinet de Claude Allègre en 1997 et fut ensuite Directrice de l’Enseignement Supérieur au Ministère de l’Education Nationale.  Francine Demichel a défendu la cause féministe et fait un gros travail sur la parité.

Points forts

1 Laurence Février incarne incontestablement la personne de Francine Demichel, cette juriste féministe, intellectuelle et  bouillonnante, avec talent et ferveur.

2 Ce texte nous replonge dans la période de mai 68, avec les contestations, les revendications des féministes; sur un plan historique c’est plutôt bien restitué. C’est encore frais dans nos esprits.

3 Toute une partie à la fin du spectacle (court, il dure 50’), sur le parti communiste, ce qui y menait, la fraternité qui y régnait, la diversité de ses membres allant du plus simple au plus intellectuel, la sensation pour beaucoup d’appartenir à une famille, est très touchante et l’on peut parfaitement imaginer ce que cela a pu représenter comme espoir pour bien des gens, et comme illusions aussi… Cela passe très bien.

4  Un vrai humour sur le ridicule de certaines aberrations de la vie actuelle. Il est vrai qu’il y a parfois matière à en rire…

Quelques réserves

1 C’est vraiment un combat qui date; qui avait ses raisons d’être à cette époque-là, mais qui passe d’autant moins maintenant que beaucoup d’avancées ont eu lieu dans ce domaine. On a parfois envie d'intervenir pour remettre les choses à leur place.

2 Toute la partie sur le droit et la parité est longue, technique, tourne en boucle, et ne débouche pas sur grand-chose de nouveau, le problème étant toujours d’actualité, pour de multiples raisons, et les solutions rares…

Encore un mot...

On sort de ce spectacle en se disant qu’on a vu une belle comédienne, dans un sous-emploi, nous rappeler une période relativement récente ou l’on a vu bouger les choses grâce à ces femmes, courageuses, on peut le dire.  Mais bon…

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
C’est un métier d’homme
De
L’Oulipo : Michèle Audin, Paul Fournel, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Clémentine Mélois, Ian Monk