Tailleur pour Dames

Taillé pour rire, beaucoup
De
Georges Feydeau
Compagnie: le Théâtre des 400 coups.
Collaboration artistique: Florent Bon et Jérôme Viard.
Mise en scène
Jean-Marie Ledo
Avec
Maïna Louboutin, Karine Malleret, Michelle Sevault, Natacha Simic, Régis Debraz, Olivier Ducaillou, Jean-François Labourdette, Jean-Marie Ledo.
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

théâtre Guichet-Montparnasse
15 rue du Maine
75014
Paris
01 43 27 88 61
Durée: 2 heures Jusqu' au 21 avril, le dimanche à 20 h. Réservations:

Thème

Comédie en trois actes, créée en 1886, "Tailleur pour dames" recueillit un grand succès. C'est la première grande pièce de Feydeau, un vaudeville bien réglé. Dans la société bourgeoise de la fin du XIXème siècle, le docteur Moulineaux revient au petit matin du bal de l'Opéra. Sa jeune femme s'est rendu compte de son absence, la belle mère arrive et par une suite d'enchaînements et de quiproquos, le médecin se retrouve dans un atelier de tailleur, où il veut recevoir une conquête, tandis que presque tous les personnages se retrouvent également dans cet entresol. De mensonges embrouillés en hasards malheureux, on frôle le drame mais, avec un rythme effréné, tout s'arrange et chacun retrouve sa chacune et sa véritable identité.
 

Points forts

1) Les acteurs, au nombre de huit, jouent merveilleusement leur rôle: ils ont l'air de s'amuser et ils rendent les personnages crédibles.
2) Le Docteur Moulineaux occupe un rôle central: on rit avec lui, de lui et on souffre avec lui.
3) La mise en scène est remarquable: les décors sont simples, on est loin du salon traditionnel des comédies du XIXème siècle, mais les transformations des pièces se prêtent bien à l'interprétation de cette folle journée.
4) Les costumes sont modernes, mais sans provocation, et ainsi la pièce paraît davantage intemporelle.
5) L'action est rapide, les gags s'enchaînent, et l'enchaînement de la mécanique infernale est bien mis en valeur par un jeu vif, mais sans excès.
 

Quelques réserves

Je n'en vois guère dans cette excellent pièce où l'on ne s'ennuie pas une seconde, et où le vaudeville ne paraît pas démodé. Peut-être la pièce commence-t-elle un peu lentement, mais le rythme s'accélère très vite.

Encore un mot...

C'est un vrai régal, le spectateur est emporté dans un tourbillon aux mille rebondissements et, manifestement, il ne boude pas son rire.

Une phrase

- Aubin: « Voyons, expliquons-nous. Tout notre malentendu est le résultat d'une méprise. tu m'as surpris avec une dame, oui. Je ne la connais pas, moi, cette dame. La preuve, c'est qu'elle est à Monsieur. (A Bassinet) N'est-ce pas? »
- "Euh! le docteur? Eh bien c'est lui! Parbleu! L'imbécile! Je vous croyais couturier. Chut! Oui, je l'ai été par procuration. C'est ma tante qui était couturière... »

L'auteur

Georges Feydeau (1862-1921) est l'auteur de nombreuses comédies, dites vaudevilles. Vaudevilles fondés sur le comique de situation, mais aussi le comique de mots. De plus, ils constituent aussi une peinture réaliste et cruelle de la société de son époque. Nombre de ses pièces sont restées célèbres et sont souvent jouées aujourd'hui: Le Dindon, Un Fil à la patte, La Dame de chez Maxim, L'Hôtel du Libre Échange, Occupe-toi d'Amélie, On Purge Bébé, N'te promène donc pas toute nue.
La fin de sa vie est triste puisqu'il sombre dans la folie.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.