Times square

Dingue.... mais pas trop
De
Clément Koch
Mise en scène
José Paul
Avec
Guillaume de Tonquedec (Matt Donovan), Camille Aguilar (Sara), Marc Fayet (Bobby), Axel Auriant (Tyler).
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre Montparnasse
3 rue de la Gaité
75014
Paris
01 43 22 77 74
Du 22 janvier au 17 avril

Thème

 • Matt Donovan, comédien professionnel has been, est en revanche grand amateur de whisky. Sa dépression, même plus larvée inquiète son frère Bobby, un brave comptable qui ne sait plus à quel saint se vouer pour lui redonner le feu sacré.

• Matt, qui traîne son spleen en compagnie de Tyler - un vétéran de la guerre d’Afghanistan déguisé en Bugs Bunny pour gagner sa croûte en distrayant les touristes sur Times square - voit débarquer la jeune Sara Bump, bien décidée à obtenir le rôle de Juliette dans la pièce de Shakespeare en préparation. 

• Elle s’est donc mise en tête de  prendre des cours avec un Matt plus misanthrope que jamais...

Points forts

 • La pièce est plutôt bien écrite, et recèle des formules percutantes, distillées avec une régularité métronomique. Il était intéressant de montrer que tous les personnages ont la trouille : Matt des rôles qu’il refuse avec constance depuis trois ans, Bobby de la dépression de son frère, Sara du rôle qu’elle prépare et Tyler des séquelles de la guerre.

• Une mise en scène agréable à suivre, sans grande surprise cependant.

Quelques réserves

• L’économie générale de l’intrigue est assez convenue : la rédemption du comédien en vue devenu alcoolique anonyme, le choc des caractères, l’affection qui prend le dessus sur le mépris et la méfiance, tout ceci forme une trame à grosses ficelles, qui se conclue par un happy end optimiste, comme il se doit pour une comédie qui brigue un succès populaire.

• C’est bien sûr sur G. de Tonquédec que reposent les destinées de Times square, et de ce point de vue, on peut se lasser de l’entendre brailler son texte la plupart du temps, et pousser sa voix de manière systématique. Les autres personnages s’en sortent honorablement, même si l’on a du mal à voir dans le jeune Axel Auriant, qui paraît 17 ans, un vétéran des guerres américaines au Moyen-Orient...

Encore un mot...

Le propos de la pièce est centré sur les affres et les joies du métier de comédien, et de ce point de vue, il fournit des indications intéressantes sur l’approche d’un rôle par ce que les autres personnages en disent plus que par le dit du personnage même, l’état de « danger, d’instabilité, de doute » à la base de leur travail.

Une phrase

Bobby à son frère : « Tu devrais arrêter le whisky, c’est pas bon pour la mémoire.
Matt : « Ah merde ! J’avais oublié... »
Matt (à Sara) : «  Bienvenue chez les dingues ! »

L'auteur

• Clément Koch, né en 1970, se rend en Angleterre pour ses études, et finit dans une usine automobile de Newcastle, ce qui l’inspirera pour sa pièce Sunderland.

• De retour en France, on le voit à la télévision et au théâtre, notamment dans Toc Toc de Laurent Baffie et Lily & Lily aux côtés de la regrettée Annie Cordy. 

• Il passe à l’écriture théâtrale, avec Les ailes sombres d’un ange, puis le remarqué Sunderland, et à présent Times square.

Commentaires

fannymilan1939…
mar 26/04/2022 - 15:47

Ce n’est pas GDT qui braille c'est Camille (qui a la voix très poussée ), je me suis demandée si elle serait capable d’assumer la représentation de 20h:30… ne parlons pas du débit de mitraillette sans pour autant être audible

Wildemann
ven 13/05/2022 - 21:14

On s'ennuie !!! Ça crie trop !!! Mais de bons acteurs !!

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche