Tombeau pour Palerme

Tragédie politique en Sicile
De
Thomas Bellorini, d’après une nouvelle de Laurent Gaudé
Mise en scène
Thomas Bellorini
Avec
François Peraché et Johanne Mathaly au violoncelle
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de Belleville
16 passage Piver
75011
Paris
01 48 06 72 34
Du 6 novembre au 29 novembre 2022 : lundi et mardi à 19H15 ; dimanche à 20 h.

Thème

  • Cette adaptation théâtrale de la nouvelle écrite par Laurent Gaudé, « Tombeau pour Palerme », restitue le combat mené contre la mafia sicilienne par deux juges, Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, assassinés l’un après l’autre, et sans pitié, à deux mois d’intervalle en 1992. 
  • Nous voici immergés dans l’histoire âpre et violente, passionnante autant qu’inquiétante de l’Italie.  Mais sans coup de force, car la tragédie arrive aux spectateurs à travers une voix fraternelle et poétique, celle du juge Borsellino qui s’adresse au juge Falcone assassiné, à la façon d’une lettre d’adieu, comme un hommage posthume à celui qu’il appelle « mon frère, mon jumeau ».
  • Conscient que sa propre mise à mort n’est plus qu’une question de temps, le juge Borsellino s’évade quelques heures dans les rues de Palerme. Pour y noyer sa colère et sa peur, retrouver les sensations de la vie, s’imaginant par moments qu’il pourrait s’enfuir et échapper à son destin, avant de revenir au bureau poursuivre courageusement sa mission.

Points forts

  • Le parti pris de l’adaptation théâtrale, qui associe la voix humaine du juge Borsellino et la voix du violoncelle. Au texte poétique répond la partition musicale, alternant la tessiture grave et terreuse d’un chœur tragique antique et des lignes mélodiques plus enlevées quand il s’agit d’évoquer les déambulations du promeneur, les méandres de sa pensée, ses sensations et les images de la cité méditerranéenne. 
  • Le lien tissé entre la tragédie antique et une forme bien maîtrisée de théâtre politique.
  • Car ici les enjeux historiques ne sont pas claironnés en forme d’assertions didactiques. Ils apparaissent par petites touches, quelques incises d’abord, puis les constats sans plainte, secs et précis de Borsellino, quand celui-ci évoque la dissymétrie des moyens d’action entre la mafia et la justice italienne, cause de l’impuissance fatale des juges malgré leur engagement sans faille.

Quelques réserves

Une minime réserve sur les difficultés parfois à incarner les déambulations dans la ville du juge qui se sait condamné à mort.

Encore un mot...

Une mise en scène maitrisée, dont le dépouillement ne suggère pas un manque mais une fatale âpreté, et qui laisse toute sa place à la beauté d’un texte inspiré par une île de Méditerranée.

Une phrase

« La Sicile a toujours le même silence au bout des lèvres. »

L'auteur

  • Romancier distingué par le prix Goncourt en 2004 pour le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé s’illustre aussi dans de multiples genres d’écriture avec une quinzaine de pièces de théâtre, des nouvelles et des poèmes. « Tombeau pour Palerme » figure dans son recueil de nouvelles Les Oliviers du Négus publié en 2011
  • Le metteur en scène, Thomas Bellorini, conjugue théâtre musical et théâtre politique. Il est résident depuis 2014 au Centquatre Paris. Il a adapté au théâtre d’autres textes évoquant l’Italie et la Méditerranée, notamment Le dernier voyage de Sindbad et Solo andata de Erri de Luca.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Lady Agatha
De
Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba