Trafiquée

A corps et à cris
De
Emma Haché
DUREE : 1H15
Mise en scène
Stéphanie Horel
Avec
Stéphanie Horel et Aude sauvée
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre La croisée des Chemins
120 bis rue Haxo
75019
Paris
Du 5 novembre au 28 décembre 2023. Le jeudi à 21H et le dimanche à 19H30

Thème

  • « ELLE », au Jardin. Elle n’a pas de nom, et dans la salle du tribunal, elle répond aux questions qu’on lui pose calmement, sereinement pour le meurtre qu’elle a commis.  • « ELLE », à la Cour. Toujours la même,  mais plus jeune, vit son histoire avant son crime. Au centre un espace neutre sur lequel les deux « ELLE » se retrouvent dans un temps suspendu. • Pourquoi ? Elle a été enlevée, exploitée, prostituée dès l’adolescence et nous suivons son parcours. Un témoignage terrifiant de réalité. Comment survivre ? Comment faire pour sortir de l’enfer ?...

Points forts

  • Une thématique puissante : c’est un témoignage fort, cru, violent, révoltant, sensible, déchirant, qui fait preuve de sobriété dans l’indicible. C’est aussi et avant tout un texte puissant sur les violences faites aux femmes. Le prisme de la prostitution en souligne l’horreur mais au-delà de la situation, il y a cette violence sourde et indicible qui pèse sur les femmes. Celle d’un patriarcat qui ne dit pas son nom. 
  • Aude Sauvée et Stéphanie Horel sont d’une intensité bouleversante sans concession, sans fard. C’est un cri qui exalte la force de l’espoir et le pouvoir de résilience qui habitent l’être le plus déchiré au monde, le plus perdu. Les deux comédiennes se livrent avec générosité et impudeur dans une mise en scène glaçante de sobriété, qui s’efface pudiquement derrière les mots puissants de l’autrice Emma Haché.
  • L’intervention de la chorégraphie de Philippe Fialho donne un contrepoint saisissant aux mots qui en sont la mélodie tragique.
  • La force du spectacle, c’est qu’il dénonce sans militantisme forcené, sans stigmatiser. Il y a les mots qui détruisent l’âme mais il y a aussi le corps qui souffre, s’avilit et tente de se protéger et de se consoler par tous les moyens.

Quelques réserves

Ce n’est pas un point faible mais une réserve pour un public averti pas avant 16 ans et accompagné.

Encore un mot...

  • Cette pièce est un appel à la vigilance, un travail qui requiert et mérite toute l’attention de toutes les générations confondues, tant il éclaire, dénonce, et met en garde.

Une phrase

« On n'avait pas imaginé que ça pouvait nous arriver. Dans nos pires cauchemars, on ne pensait pas que notre inconnu pourrait être pire que celui des autres. Alors, on suivait sans poser de questions et en refusant de croire qu'on était mal tombées. Elle nous a emmenées sur un parking. Là, elle a parlé à un gars qui lui a donné beaucoup d'argent et elle nous a dit qu'à partir de maintenant, c'est ce bonhomme-là qui allait s'occuper de nous. J'étais comme muette. J'aurais dû crier, j'aurais dû courir; je ne l'ai pas fait. ça a commencé comme ça, j'avais 14 ans. »

[…]

« Oui, je l’ai fait. Je l’ai fait comme un animal pris au piège. Mais la vraie question c’est : “Et si je ne l’avais pas fait ?“ Je crois que j’en serai morte. Oui, je serai morte. Comme les autres qui ne sont jamais revenues. Comme les autres qui sont dans mes prières. Muettes. »

L'auteur

  • Emma Haché est une dramaturge et metteuse en scène canadienne. Elle fait ses études en art dramatique à l'Université de Moncton, puis quitte l'Acadie pour aller s'installer à Montréal. Elle y poursuit sa formation auprès de l'École de mime corporel et de la compagnie Omnibus. Elle acquiert ensuite une formation en écriture dramatique au Centre de création scénique de Montréal.
  • Dans ses pièces, Emma Haché privilégie une approche interdisciplinaire, par la rencontre du mime, du théâtre de marionnettes et de la danse.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
WELFARE
De
Julie Deliquet – D’après le film documentaire (1973) de Frederick Wiseman