Une trop bruyante solitude

Intéressant mais très cérébral
De
Bohumil Hrabal
Mise en scène
Laurent Frechuret
Avec
Thierry Gibault
Recommandation

Si vous n'êtes pas allergique au théâtre intello

Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple
75011
Paris
0148067234
Jusqu'au 29 mars: Le lundi à 21H15, et le mardi à 19H15

Thème

Monsieur Hanta, depuis trente cinq ans, alimente une presse mécanique, destinée à recycler (à écraser), jours après jours, des tonnes de livres interdits par la censure. Il n’est investit d’aucun pouvoir de se soustraire à cette mission désastreuse mais il va sauver, en douce, quelques ouvrages qu’il entasse au dessus de son lit et dont la lecture, accompagnée de verres de bière, va occuper tous ses temps libres, chez lui ou au hasard des rue de Prague. 

Peu à peu le fruit de ces lectures va l’inciter à penser, à réfléchir, à s’arrêter, tant sur des idées majeures ou essentielles, que sur le constat de choses simples comme les rats qui courent sous la cave, la fiancée maladroite qu’il emmène au bal, ou sa toilette qu’il ne veut faire que parcimonieusement…

Points forts

- Un soliloque conscient et spontané sur les choses de la vie,  avec le sous entendu sordide du régime de censure, doublé d'une réflexion sur le sens que la littérature ainsi préservée peut donner à l’être humain... Certes rien ne change chez M. Hanta, le quotidien est trop implacable, sauf peut être la fulgurance d’une prise de recul, totalement inattendue, et qui va provoquer chez lui, un certain sourire face aux évidences. Ce naïf besogneux, deviendrait-il peu à peu un philosophe de bon sens ? 

- C'est l'occasion d'un exercice d’acteur étonnant. Thierry Gibault est stupéfiant de spontanéité et de vérité, seul sur scène, dans un décor et un accoutrement dignes du sujet: fond noir, costume tâché d’encre noire, avec pour lumière… une petite lampe jaune qui oscille. Lui, Thierry Gibaut, éblouit ! 

Quelques réserves

Il n’y a des points faibles que pour ceux qui ne se préparent pas à ce type de spectacle, car ce « théâtre », très intellectuel,  est exclusivement l’expression d’une œuvre de sens, sans le moindre souci de séduction. Le tout est d’y être prêt !

Encore un mot...

Une occasion de ne pas oublier la férocité de régimes, certes aujourd’hui quelque peu engloutis, mais qui ont, durant des années pratiqué la censure, non seulement celle des livres mais, très sûrement, aussi,  celle de l’expression même des hommes. 

Une phrase

« Je suis une cruche pleine d'eau vive et d'eau morte, je n'ai qu'à me baisser un peu pour qu’un flot de belles pensées se mette à couler de moi ». 

L'auteur

Après des études de droit à Prague, Bohumil Hrabal a exercé tous les métiers qui laissaient libre cours  à son envie d’écrire. Il va ainsi se révéler, au cours des années soixante, être l’un des écrivains majeur de sa génération. L’adaptation cinématographique de certaines de ses œuvres, comme « Trains étroitement surveillés », va contribuer à sa reconnaissance. Mais dans les années soixante dix, années politiques accablantes, il se voit refuser le droit de publier. Ainsi naîtra, sous le manteau, sa trilogie autobiographique: « Les Noces à la maison », « Vita Nuova », et « Terrains vagues ». Étant étroitement surveillé par le régime communiste, deux de ses livres seront pilonnés; les autres, ensuite, seront édités à l’étranger. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.