« On va faire la cocotte »

Avoir un amant sans tromper son mari
De
Georges Feydeau
Musique : Dario Ivkovic
Mise en scène
Jean-Paul Tribout, assisté de Xavier Simonin
Avec
Caroline Maillard, Claire Mirande, Julie Julien, Samuel Charle et Jean-Paul Tribout
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
75006
Paris
01 45 44 57 34
Du 19 avril au 11 juin 2023, du mardi au samedi à 18h30, le dimanche à 15h

Thème

  • Emilienne, la jeune épouse de Trévelin, découvre que son mari la trompe et elle décide de se venger. Elle va faire la “cocotte“ pour une soirée. A partir de là s’enchainent les mécanismes du vaudeville :  mensonges, quiproquos, amants et maîtresses cachées, rencontre de ceux qui ne devraient pas se retrouver… La pièce est inachevée, mais tout est bouclé de manière harmonieuse !
  • L’originalité vient du fait qu’Emilienne revendique l’égalité des femmes et des hommes, le droit au plaisir et à l’adultère, qu’elle partage avec son amie Olympe, trompée elle aussi. 
  • Tout est bien qui finit bien, et chacun retrouve sa chacune et son chacun, la cocotte Blanche son étudiant Thomas, Trévelin trouve des charmes à sa femme, acceptant même de la payer pour qu’elle accomplisse le “devoir conjugal“, et Olympe retrouve vraisemblablement son mari volage.

Points forts

  • La pièce est magnifiquement agencée : on ne s’ennuie pas une seconde devant ces gags qui s’enchaînent comme dans une machine infernale.
  • En même temps, il y a un plaidoyer pour l’égalité des femmes avec les hommes pour la liberté sexuelle, avec le sourire !
  • Les comédiens sont remarquables : certains, tels Olympe, Blanche ou Thomas, sont fidèles aux stéréotypes qu’ils incarnent ; d’autres, comme les acteurs principaux, jouent avec finesse et entrain les rôles d’Emilienne et Trévelin.
  • Le musicien rythme les séquences et contribue à la gaieté et au suspense.
  • La mise en scène est originale : ces boîtes de déménagement mettent en valeur le côté mécanique et les surprises de l’intrigue.

Quelques réserves

Bien peu de réserves envers cet excellent spectacle.

Encore un mot...

  • Cette pièce peu connue de Feydeau échappe au côté moralisateur et revendicatif qui aurait pu gâcher le plaisir du spectateur. Ce n’est pas le cas ici, il existe un bon équilibre entre le comique, la gaîté et le plaidoyer féministe.
  • On va faire la cocotte est un enchantement, elle nous amuse et nous fait réfléchir à la condition des femmes de l’époque, qui a beaucoup de résonances avec leur situation contemporaine.

Une phrase

« Si on sort, je suis ton homme. Si on se couche, je suis ta femme. »

« Un homme est un homme, une femme est une femme. »

« Les hommes ne vieillissent pas… Ils mûrissent. »

L'auteur

  • Georges Feydeau (1862-1921) a régné en maître sur le théâtre comique de son époque. Ses pièces s’inscrivent le plus souvent dans la catégorie du “vaudeville“, et reposent sur un mécanisme bien huilé fait de situations inextricables qui déchainent le rire. Aussi le mari trompé (ou la femme), l’amant et la maîtresse sont-ils les personnages récurrents de son oeuvre.
  • Ses pièces les plus connues sont Le Dindon, La Dame de chez Maxim, La Puce à l’Oreille, Le Chat en Poche.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Le Scribe
De
D’après l’oeuvre d’Herman Melville