Z0O STORY

Tout ça pour un banc !
De
Edward Albee
Durée : 1h10
Mise en scène
Pierre Val
Avec
Sylvain Katan et Pierre Val
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre de Poche Montparnasse
75 Bld du Montparnasse
75006
Paris
01.45.44.50.21
Du 1er septembre au 05 novembre 2023. Du mardi au samedi à 21H, le dimanche à 17H

Thème

  • En plein Central Park, deux inconnus se rencontrent sur un banc. Jerry tient à tout prix à raconter à Peter ce qui lui arrivé au zoo. 
  • Mais au fur et à mesure de leur conversation, Peter se trouve entraîné dans les méandres obscurs des questions et des confidences de Jerry. 
  • Malaise ? Danger ?  Comment sortir vivant de ce dimanche ensoleillé ?

Points forts

  • L’interprétation remarquable de Sylvain Katan et Pierre Val, leur qualité d’écoute. C’est un duo extraordinaire de comédiens qui nous est ici offert au Théâtre de Poche dans cette pièce crée en son temps par Laurent Terzieff. La dramaturgie est renforcée par la force de jeu des deux interprètes qui, tels deux clowns sans nez, s’enfoncent dans une tragédie burlesque sans issue… ou presque. Les deux compères se connaissent bien, qui ont déjà joué Le grand Théâtre de l’épidémie ; Cabaret Mai 68 ; Cabaret Liberté ! ou encore Moâ, Sacha ! Il y a deux ans, aux côtés de Patrice Carmouze. Les deux comédiens rendirent hommage au prince de l’humour grinçant dans le cabaret Attention Desproges ! 
  • La nouvelle adaptation de Pierre Val qui actualise formidablement bien le propos. La singularité du spectacle repose sur la tension qui s’installe entre deux personnages pour lesquels on voudrait avoir de l’empathie, mais qui nous dérangent un peu quand même.
    Le rire se fait ici grinçant, aiguisé comme une lame de rasoir et, au fil des répliques de Jerry, déchire Peter inexorablement. On plonge dans l’absurde, on s’immerge dans le glauque pour, sur la vague suivante, reprendre de l’air sur un rire libérateur.
  • La tension maîtrisée en tout point dans une mise en scène remarquable.

Quelques réserves

Pas trouvé.

Encore un mot...

  • Cette pièce met en lumière les ravages de la difficulté de communication de notre société, cette peur indicible de l’autre qui altère souvent le regard, et conduit certains à la solitude ou à l’agressivité. 
  • Autre point à signaler c’est le dialogue corporel qui s’installe entre ces deux animaux qui s’affrontent pour un territoire sordide… un banc. 
  • La vie est donc un drôle de zoo, et cette fable cruelle nous remet face à nos instincts primaires… En ressortirons-nous indemnes ?
  • Il faut redécouvrir ce texte, aller applaudir Sylvain Katan et Pierre Val qui poursuivent leur heureux compagnonnage avec le Poche- Montparnasse.

Une phrase

JERRY : « ça vous embêtes quand je vous pose des questions ?
PETER : Oh, pas vraiment.
JERRY : Je vais vous dire pourquoi je fais ça. En fait, je parle pratiquement à personne, sauf de temps en temps pour dire  une bière, s’il vous plaît“,“où sont les chiottes ?“, “ à quelle heure il passe le film ? “, ou alors “ me touche pas, toi !“, ce genre de trucs, quoi.
PETER : Je vous avoue que j’ai pas trop l’habitude de…
JERRY : Mais de temps en temps quand même j’aime bien parler à quelqu’un, parler vraiment, vous comprenez. Faire connaissance, tout savoir sur l’autre.
PETER [riant légèrement toujours pas très à son aise] : Et aujourd’hui, c’est moi le cobaye ? »

L'auteur

  • Edward Albee naît à Washington en 1928. Enfant adopté, il grandit dans le comté de Westchester dans l’État de New York. Son père, Reed A. Albee, est le fils d’un riche propriétaire de nombreux théâtres. Aussi le jeune Edward se familiarise-t-il vite avec cet environnement.
  • Élève turbulent au parcours chaotique, il est plusieurs fois renvoyé des écoles, institutions et universités où il poursuit sa scolarité et sa formation. C’est d’ailleurs de son expérience au Trinity College d’Hartford que viendra Qui a peur de Virginia Woolf ? (1967). Homosexuel et peu tenté par un parcours classique, il rompt avec ses parents adoptifs et emménage dans le quartier de Greenwich Village, à New York, où il commence à écrire des poèmes, des pièces et des nouvelles, et à fréquenter artistes et intellectuels. 
  • C’est en raison de son homosexualité que sa mère le chasse, ce qui inspirera son Trois Grandes Femmes en 1991. Cette pièce lui vaut un troisième prix Pulitzer, après Équilibre sensible (1967) et Paysage marin (1975). 
  • Albee est également l’auteur de plusieurs pièces encore non traduites en français. Par le biais de l’absurde, de l’existentialisme et de la métaphysique, le dramaturge critique la condition moderne, les comportements et habitudes du mode de vie américain. En 2002, La Chèvre, ou Qui est Sylvia ? rencontrent un très grand succès public et critique sur Broadway. Le spectacle est joué pendant 309 représentations, et remporte le Tony Award de la meilleure pièce de l’année. 
  • Zoo Story, écrit en 1958, devient en 2004, soit cinquante ans après, un diptyque : La Maison et le Zoo. 
  • Edward Albee reçoit en 1996 la National Medal of Arts, et en 2005 un Special Tony Award for Lifetime Achievement, qui couronne une carrière de dramaturge hors norme. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare