OUISTREHAM

Librement adapté du récit: “Le quai de Ouistreham”, de Florence Aubenas. Une remarquable prestation de l’actrice Juliette Binoche.
De
Emmanuel Carrère
Avec
Juliette Binoche, Hélène Lambert, Léa Carne…
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

 Un romancier-cinéaste transpose en images d'aujourd'hui une enquête ethnographique dans la banlieue de Caen, conduite en 2009 par Florence Aubenas, une célèbre journaliste d'investigation. 

Immergée dans un milieu qui lui était étranger, Florence Aubenas voulait observer in situ les retombées de la crise économique qui secoua le monde en 2007-2008. Observatrice attentive de la société contemporaine, elle découvrit que la population laborieuse et pauvre au sein de laquelle elle s'immergea survivait avec difficulté depuis des lustres au sein de l'agglomération de Caen, mitée par des friches industrielles. 

Sans être impersonnel, son récit décrivait des faits, des personnes et des lieux, comme l'aurait fait une ethnologue de terrain.

Réalisé en 2021, le propos du film est tout-à-fait différent: romancier et cinéaste, Emmanuel Carrère raconte une histoire dont les personnages sont bien ceux qui entouraient son héroïne; il explore leurs sentiments, les relie à leur passé et imagine leurs relations intimes; il les accompagne, décrit leurs états d'âme, leurs drames et leurs rapports au monde qui les entoure. Il déroule une trame qui débouche, à la fin du film, sur un psychodrame qui en constitue l'épilogue. Ce film fit l'ouverture de la quinzaine des réalisateurs de Cannes, le 7 juillet 2021.

Points forts

Très différent du livre qui lui a servi de prétexte, ce film transpose intelligemment l'essai dont il s'inspire, sans changer fondamentalement le récit de Florence Aubenas. Il conserve l'essentiel du canevas initial mais modifie sa trame afin de raconter une histoire de son cru. Pareil exercice aurait pu tourner au désastre si l'on en croit le dicton italien: "traduttore, traditore" (traduire, c'est trahir!). Point de trahison, en l'occurrence; mais une imprégnation qui prend quelques libertés avec le livre , sans en occulter heureusement l'essentiel!

Discrète et plutôt efficace, la mise en scène de Carrère est intimiste; il évite des effets inutiles. Fort bien dirigés, ses acteurs sont largement inconnus: ils ont été recrutés sur place. Ils donnent une image crédible du milieu dans lequel Florence Aubenas s'était plongée il y a douze ans. 

Sobres et naturels, les dialogues, la musique et les images n'appellent pas de reproche. 

J'insiste enfin sur la remarquable prestation de Juliette Binoche. Pour elle, l'exercice était risqué car il est très délicat d'interpréter une personnalité, contemporaine et respectée, dont le parcours n'est pas ordinaire, je l'avais souligné dans ma recension de l'ouvrage paru en 2010.

Quelques réserves

Décrites par Florence Aubenas, les femmes auprès desquelles elle vécut au cours des mois passés à Caen et Ouistreham en 2009, forcent l'admiration. Le regard que porte Emmanuel Carrère sur ces mêmes personnages est très différent: il suspecte manifestement qu'en s'introduisant auprès des femmes de ménage de Caen, son personnage principal, interprété par Juliette Binoche, frise l'imposture. Partant de ces prémices, son scénario crée une situation dramatique qui est tout à fait étrangère au livre qui l'a inspiré.

L'actrice Juliette Binoche qui porte ce film de bout en bout avec sobriété, finesse et une grande élégance de geste et d'expression, évite au film de tourner au mélodrame. Sans cette performance, le résultat aurait, sans aucun doute, été bien moins convaincant. Le générique du film indique au surplus que l'actrice s'impliqua discrètement dans la production!

L'auteur

- Emmanuel Carrère, homme de lettres et cinéaste occasionnel, occupe une place originale dans le microcosme littéraire contemporain; il semble qu'il a mis de lui-même dans l'histoire que conte ce film, comme dans le reste de son œuvre que son public apprécie.

- Florence Aubenas, grand reporter et journaliste d'investigation, se penche attentivement depuis plus de vingt ans sur les phénomènes politiques et judiciaires marquants de notre époque (La méprise, l'affaire d'Outreau, Le Seuil 2005; L'inconnu de la Poste, L'olivier, 2021). 

NB: La recension du récit de Florence Aubenas (Edition de l'olivier, Paris, 2010 et réédité en livre de poche) parut dans Culture-Tops en période de confinement, le 23 mai 2020.

Le film Ouistreham a été évoqué par Dominique Poncet dans sa chronique cinéma du 12 janvier 2022 dans la rubrique “Et aussi” après sa présentation du film Adieu, Monsieur Haffmann.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Vous pourriez aussi être intéressé

Cinéma
COUPEZ !
De
MICHEL HAZANAVICIUS