La Rafale et le Zéphyr histoire des manières d'éprouver et de rêver le vent

Un essai intéressant, mais qui manque de… souffle !
De
Alain Corbin
Fayard Histoire, avril 2021 -
153 pages - 10 €
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

Consubstantiels à la création du monde dans les mythologies antiques autant que dans les monothéismes, les vents sont associés à la colère divine, aux miracles, et plus tardivement, aux caresses qui transportent les douceurs du monde. En littérature comme en science, le vent a été aussi peu étudié que largement cité. Alain Corbin, historien spécialiste des histoires "transverses", en explore mythes, légendes et littératures -plus particulièrement occidentales-, afin de dénicher les expressions et symboliques du vent dans les œuvres littéraires antiques et modernes (Hugo, Ossian) comme dans des chefs d'œuvres oubliés de la littérature épique ou galante, du Moyen âge au XVIIIème siècle. Ce parcours sur le dos du vent suit un ordre qui mêle la compréhension progressive de la physique de l'atmosphère et les expressions qu'en ont laissé voyageurs, écrivains et poètes dans la littérature.

Points forts

Un sujet à nouveau original, qui est une marque des recherches d'Alain Corbin. Pour autant, s'il est question d'expliquer comment les hommes comprennent progressivement le vent, cet ouvrage n'est pas un traité de physique ! Son découpage est très didactique, et l'histoire de la compréhension des phénomènes climatologiques, -véritablement affranchie des interprétations divines ou mythologiques dans le courant du 19ème siècle-  est un préalable indispensable pour comprendre ses traductions littéraires antérieures et postérieures.

Cet essai présente de larges extraits d'œuvres, épopées, poèmes, romans - dont le choix ravive la beauté des textes appris ou oubliés, et un imaginaire collectif maintenant très estompé, formé des Zéphyr, Autan, Borée, Notos, Euros, et autres Aquilon !

 Les récits de voyage sont aussi intéressants, quand les voyageurs étaient emportés dans ces vents incompris, cyclones, ouragans, autres simouns et siroccos.

Quelques réserves

Alain Corbin ne ménage pas ses transitions et passe d'un auteur et d'un sujet à l'autre comme un conférencier qui s'adresserait à un public de connaisseurs afin de leur présenter une synthèse du cours qu'il leur a dispensé depuis des semaines. Tout est intéressant, les nombreux extraits utiles, mais la rédaction - pardonnez ce clin d'œil facile - manque de souffle. A ce titre, et en comparaison, je ne saurais trop vous recommander sur ce sujet, l'essai de Nick Hunt, "Où vont les vents sauvages", plus réel, plus sensuel, plus "vécu", et moins universitaire !

 Comme cela avait été dit pour la remarquable Histoire du silence, il est difficile au lecteur "ordinaire" de connaître d'emblée tous les auteurs, historiens ou chercheurs cités.  De petites notes de bas de page n'auraient pas été de trop.

Encore un mot...

Cet essai original par son thème offre une impression contrastée. J'ai aimé les pages qui font le lien entre compréhension scientifique et expressions littéraires. J'ai apprécié la description des sentiments des premiers aéronautes (en ballon, au milieu du XVIIIème siècle) et l'exploration du souffle romantique, inspiré par les poèmes ossianiques (sans doute "inventés" par le poète anglais James Macpherson dans les années 1760), qui allaient influencer au XIXème les romantismes européens, allemands et français en particulier. L'absence d'explications intermédiaires, de soucis de faire le lien entre des auteurs ou des chercheurs cités, la distance de l’auteur au sujet  m'ont un peu déçu. Mais ne boudez pas les larges extraits, les quelques illustrations, et le choix, somme toute inspiré, de ce sujet universel - "éprouver et rêver le vent".

Une phrase

"Au cœur du XIXème siècle, les références imaginaires au vent sont infinies. Pour continuer ces promenades éoliennes, il fallait donc faire un choix. Il s'est porté sur trois auteurs de langue française dont les textes alors consacrés au vent semblent avoir été les plus forts : Victor Hugo, bien entendu, Leconte de Lisle et Emile Verhaeren. Le premier, chacun le sait, fut obsédé par le vent et les tempêtes. En son œuvre se joignent,  à ce propos, l'expérience personnelle et le jeu de l'imagination. " P 127                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

L'auteur

Alain Corbin est historien, ancien professeur à la Sorbonne à Paris. Spécialiste de la France du XIXème siècle, il est auteur de nombreux ouvrages et compositeur "d'histoire de...": du temps (qui passe et qu'il fait), des loisirs, du paysage, du christianisme, de l'arbre, de la virilité... Il est avant tout un explorateur des sensibilités et des façons dont elles ont façonné nos cultures. Un de ses ouvrages les plus connus, "le Miasme et la Jonquille", paru en 1986, est l'histoire du rapport de l'homme et des odeurs. C'est un homme aux partis pris originaux, dont les apports ont été salués par le monde universitaire ! Culture Tops suit avec intérêt ses publications :

Terra Incognita, une histoire de l'ignorance

Histoire du silence

Histoire de la fatique du Moyen-Âge à nos jours

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.