La définition du bonheur

La définition du bonheur ? Un bon roman
De
Catherine Cusset
Gallimard -
350 pages -
20 euros, parution le 19 août 2021
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Thème

Deux femmes, deux vies, deux destins que tout sépare, mais que tant de choses réunissent.

Clarisse s’émancipe très tôt et part vivre sa vie en Asie, au gré des saisons, des rencontres et de l’humeur du moment.

Eve construit dans la durée une relation forte avec son mari et s’investit dans son quotidien.

Et puis il y a les enfants, les petits-enfants, la famille quoi ! Serait-ce la définition du bonheur ?

Deux superbes portraits de femme aux destinées entrelacées, des années 80 à nos jours et une réflexion sur l’amour et le désir, l’émancipation et la liberté, la maturité et le vieillissement, le couple et l’isolement ...

Points forts

Le récit est extrêmement fluide : les vies de Clarisse et Eve défilent comme au cinéma. Cette petite musique nous entraîne sur trois continents mais garde fidèlement le ton. On passe d’une histoire à l’autre, en découvrant et en accompagnant Clarisse et Eve ; leur monde nous devient très vite familier. Les liens qui les unissent nous sont révélés progressivement au gré des situations et des rebondissements. Rien n’est tout à fait prévisible ni invraisemblable. 

Catherine Cusset arrive tout à fait naturellement à agréger à ses personnages et à la narration, qui débute dans les années 80, les thèmes dont l’actualité se fait aujourd’hui un écho quotidien : le harcèlement et la maltraitance des femmes, l’isolement, les féminicides …

Ils viennent compléter ses portraits de deux femmes qui ont bataillé pour la libéralisation des mœurs, mais qui semblent devoir toujours combattre pour garder leur liberté.

 

Quelques réserves

Aucune, c’est vraiment excellent.

Encore un mot...

La définition du bonheur est le quatorzième roman de Catherine Cusset. Certains s’inscrivent dans une démarche d’autofiction (Jouir, la haine de la famille …) mais tous sont marqués par les thèmes récurrents de la famille, le désir, les rapports entre la France et les Etats-Unis … 

Son dernier roman, mais également les deux précédents, l’autre qu’on adorait et David Hockney, illustrent chez l’auteure une forme d’apaisement, voire de sérénité. Comme si, après avoir beaucoup écrit sur elle-même, elle avait exorcisé ses démons et pouvait enfin laisser libre cours à son imagination.

Une phrase

« Fin novembre, ils arrivèrent à Goa. De la gare routière ils se dirigèrent à pied vers la mer. Elle voulait trouver un cabanon sur la plage pour voir, comme à Koh Samui, le soleil se coucher sur la mer ». (Page 70)

« Eve avait passé la nuit à pleurer d’impuissance et de rage. Elle avait dix-huit ans, elle habitait chez papa - maman, elle resterait vierge toute sa vie. Jamais elle ne serait cette fille cool et sympa, qui grimpait six étages pour rentrer dans sa chambrette sous les toits à l’heure qu’elle voulait, qui n’était pas obligée de quitter une fête à minuit à cause du dernier métro ». (Page 40)

 

L'auteur

Catherine Cusset a eu la faveur de critiques élogieuses de la part de nos chroniqueurs pour ses deux derniers livres, David Hockney et L’autre qu’on adorait.

Née en 1963, elle est traduite en 18 langues et a été récompensée par de nombreux prix littéraires. Très marquée par son éducation catholique rigoureuse, elle a raconté par le menu ses difficultés à « s’en sortir » pour gagner sa liberté.

Mariée à un américain, elle vit maintenant à New-York

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.