Les illusions perdues

Une approche minimaliste pour un résultat maximal
De
Honoré de Balzac
Durée : 2h30
Mise en scène
Pauline Bayle
Avec
Manon Chircen, Anissa Feriel, Zoé Fauconnet, Frédéric Lapinsonnière, Adrien Rouyard et la participation de Najda Bourgeois
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre Public Montreuil (TMP)

Thème

  • On connait l’histoire, qu’on ait lu Balzac ou vu le magnifique et récent film de Xavier Giannoli qui lui rend hommage de fort belle façon.
  • Lucien de Rubempré quitte Angoulême et sa torpeur assassine pour « monter à Paris » et y cueillir le succès. Le garçon a un joli brin de plume, a écrit un recueil de sonnets et ne doute pas que Paris lui tende les bras.
  • Il sait se faire apprécier à la fois par la bonne société et par les Libéraux qui tiennent la presse. Il est engagé dans un journal. Son destin s’accomplit ; son ambition n’a plus de limite. Son aveuglément non plus. C’est le début de la fin.
  • De petites compromissions en trahisons ignominieuses, il se compromet progressivement, jusqu’à se renier et, finalement, se perdre. La société, cruelle, l’y aura bien aidé.

Points forts

  • Le premier point fort, c’est évidemment le texte de Balzac, mais également, indissociable, son adaptation par Pauline Bayle, qui est aux manettes de cette très belle réussite. Elle réussit à produire un récit fluide, à la fois centré sur Lucien, tout en donnant une vraie épaisseur aux personnages qui l’entourent.
  • La pièce plonge dans la profondeur des rapports humains, dictés par les intérêts personnels et l’absolue nécessité de parvenir à une position, au détriment de la profondeur des sentiments. Encore faut-il être capable de transcrire sur scène la puissance narrative de l’univers balzacien et rendre palpable cette force invisible qui pousse ses héros à en quête permanente de gloire et de fortune.
  • La scène, un grand plateau carré autour duquel sont assis les spectateurs, est vide. Elle le restera tout au long des 2h30 du spectacle. Comme un monde qui est à créer, comme un néant dans lequel on peut tomber à tout moment. Elle est le terrain de jeu des comédiens, qui se démultiplient … Lucien mis à part, ils jouent tous plusieurs personnages, comme s’ils n’étaient que des enveloppes charnelles interchangeables, jouets de leurs désirs et leurs propres tourments. Ils sont tous impeccables.
  • Que dire enfin si ce n’est que si le thème de la pièce est l’ambition qui conduit notre héros à sa perte. L’ambition de Pauline Bayle, qui adapte et met en scène Les Illusions perdues devrait la conduire sur la voie royale, sur laquelle elle est déjà bien engagée. Sans craindre d’y perdre ses illusions.

Quelques réserves

Pas de réserve. Tout est à sa juste place.

Encore un mot...

  • Pauline Bayle dirige le TPM (théâtre public de Montreuil) depuis 2022, après un parcours qui l'a vue passer par Sciences Po Paris, l’ESAD, l’Ecole du jeu et le Conservatoire Supérieur National d’Art Dramatique.
  • Elle fonde la compagnie, A Tire d’Aile, en 2011. En 2015, elle monte Iliade puis Odyssée.
  • Les Illusions perdues a été créé en 2020 avant de partir en tournée.
  • En 2023, elle créée Ecrire sa vie, qui est présenté au Festival d’Avignon et a ouvert sa 2ème saison en tant que directrice du Centre dramatique national.

L'auteur

  • Honoré de Balzac (1799-1850), grand-maître du roman français,  “inventeur“ du réalisme en littérature, écrivain prodige autant qu’amant terrible et très sûr de lui. Cet arrogant ne se compare-t-il pas à Napoléon, et affirme à George Sand  « Je suis un génie », au moment de composer l’un des romans qui constituent  la Comédie humaine
  • Balzac mourut à 51 ans, épuisé par son labeur et ses conquêtes (féminines), dans les bras de madame Hanska qu’il venait d’épouser après 9 ans de compagnonnage. 
  • Signe particulier : Balzac entend disséquer l’âme et les cerveaux humains comme Buffon le faisait des insectes (dit- il lui-même) Son œuvre est gigantesque :120 romans rien que dans la Comédie humaine avec 2200 personnages récurrents sur 20 ans !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare